À propos du projet Merveilles de la cour

Nombre des œuvres les plus connues de la littérature « classique » ont été créées lors de divertissements de cour :Tartuffe de Molière, Iphigénie de Racine… Pourtant, ces divertissements ont longtemps été négligés par l’histoire littéraire en raison de leur caractère hétéroclite. C’est la naissance des arts du spectacle comme discipline qui a permis de faire des « fêtes de cour » un objet d’étude1 et a rendu possibles les croisements disciplinaires nécessaires à l’étude de telles pratiques. Cette approche a débouché sur la redécouverte des genres mêlés comme la comédie-ballet2, le ballet de cour3 et la tragédie en musique4. La recherche sur les divertissements de la cour est dominée par la volonté de reconstituer ces pratiques à partir de traces documentaires : cette démarche a pour conséquence de reconduire la représentation du pouvoir produite par les divertissements et l’admiration qu’ils cherchaient à susciter. Notre projet se propose d’interroger cette admiration, en étudiant d’une part la fabrication des divertissements, textuelle, technique et institutionnelle, et d’autre part leur réception, du XVIIe s. jusqu’à aujourd’hui5.

Le projet Merveilles de la cour étudie les divertissements de la cour en France au XVIIe s. – fêtes, ballets, spectacles, jeux – souhaite en saisir la cohérence à partir de l’émerveillement qu’ils cherchent à susciter, dans sa dimension à la fois technique, esthétique et politique. Alors que ces divertissements sont traditionnellement appréhendés de manière fragmentaire, au travers de genres littéraires divers voire d’approches disciplinaires distinctes, nous faisons l’hypothèse que les écrits et les images qu’ils ont suscités constituent un corpus cohérent, dont l’étude peut renouveler l’histoire littéraire de la période. Ce corpus nous apparaît comme un objet privilégié pour comprendre les usages politiques des lettres et des arts au XVIIe s. Dans la continuité des recherches récentes sur la galanterie6 et ses enjeux politiques7, nous faisons l’hypothèse que le XVIIe siècle est traversé par un débat sur les plaisirs et leurs usages politiques dont nous sommes les héritiers. Les divertissements de la cour constituent un point d’observation privilégié pour interroger les relations entre plaisir et pouvoir, au XVIIe siècle et aujourd’hui. Ils occupent en effet une place centrale dans le mythe du « Grand-siècle »8 : étudier ce lieu de mémoire, c’est aussi interroger les modes de présence de ce passé.

  1. JACQUOT, Jean (dir.), Les Fêtes de la Renaissance, I, Paris, CNRS, 1956 []
  2. MAZOUER, Charles, Molière et ses comédies-ballets, Paris, Klincksieck, 1993 []
  3. CANOVA GREEN, Marie-Claude, Ballets pour Louis XIII, danse et politique à la cour de France (1610-1643), Toulouse, SLC, 2010 []
  4. NAUDEIX, Laura, Dramaturgie de la tragédie en musique (1673-1764), Paris, Champion, 2004 []
  5. BOLDUC, Benoît, La Fête imprimée, Paris, Classiques Garnier, 2016; CHARTIER, Roger, « George Dandin ou le social en représentation », Annales HSS, 49e année, n°2, 1994. p. 277-309 []
  6. VIALA, Alain, La France galante, Paris, PUF, 2008 []
  7. ROUSSILLON, Marine, « Amour chevaleresque, amour galant et discours politique de l’amour dans Les Plaisirs de l’île enchantée(1664) », K. Dickhaut et A. Viala (dir.), Les Discours artistiques de l’amour à l’âge classique, Littératures classiques, 69, 2009 []
  8. JOUHAUD, Christian, Sauver le Grand-siècle ? Présence et transmission du passé, Paris, Seuil, 2007 []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search