Parution. Revue d’Histoire du Théâtre. Numéro 282. Usages et mémoire des fêtes de cour

Des fêtes de cour, il ne nous reste que des écrits : dessins, gravures, récits, comptes… qui répètent à l’envi la magnificence des fêtes et l’émerveillement des spectateurs, et continuent ainsi de nous éblouir, jusqu’à aujourd’hui. C’est cette admiration qu’il s’agit ici d’interroger. Déplacer l’intérêt des spectacles disparus vers les écrits qui en construisent et en transmettent la mémoire rend visibles les manières diverses de s’approprier les fêtes de cour – pour louer ou pour critiquer le pouvoir, pour se faire une place à la cour ou pour légitimer son écriture. La mémoire des fêtes apparaît comme un lieu de débats, de conflits, d’actions – et la manière dont nous la prolongeons, par l’écriture historique ou sur les scènes contemporaines, comme une prise de position.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search