Journée d’étude. Les divertissements de cour sur la scène contemporaine (2) – Représenter le pouvoir, interroger les identités assignées

14 juin 2019, 10h – 17h. MESHS, 2 rue des Canonniers, Lille

 

Org. P. Dechaufour & M. Roussillon

 

La redécouverte du « baroque » dans la deuxième moitié du XXe siècle s’est présentée comme un mouvement de retour aux pratiques du passé : utilisation d’instruments d’époque, travail sur l’interprétation et l’ornementation en musique, sur la diction et à la gestuelle en théâtre… Les promoteurs de ces « interprétations historiquement informées » (en anglais period music ou « musique à l’ancienne »), artistes et universitaires, mobilisent un discours historique dans lequel les choix artistiques sont légitimés par la référence au passé.

Nous souhaitons renverser la perspective sur ces pratiques en posant la question de ce qui fait leur actualité, leur pertinence dans notre époque. Pourquoi recréer aujourd’hui des ballets de la cour de Louis XIV ? Quel intérêt y a-t-il à jouer Molière comme on pouvait le jouer au XVIIe siècle ? Quels sont les enjeux – éthiques, politiques – des choix esthétiques résumés par la notion de « baroque » ? Que nous dit la vogue du « baroque » de notre présent ? 

Dans la continuité de la journée d’études du 1er février 2019, consacrée aux Indes galantes mises en scène par Clément Cogitore et chorégraphiées par Bintou Dembélé et aux spectacles de Robyn Orlin Oh Louis !  et Pygmalion, nous nous intéresserons particulièrement aux appropriations de l’esthétique baroque qui l’utilisent pour questionner les identités et explorer l’altérité. À rebours d’un usage identitaire du passé, qui conjugue idéalisation du « siècle classique » et revendication d’une continuité identitaire, il s’agit de mettre en lumière les démarches d’artistes qui convoquent le corps baroque pour donner à voir des failles, des écarts, créer des espaces de jeu avec les identités assignées, des espaces de liberté. Les communications pourront notamment porter sur les appropriations du baroque par la scène afro-descendante ; sur la manière dont l’esthétique baroque est utilisée pour introduire du trouble dans le genre ; pour questionner ou contester les récits nationaux.

 

 

PROGRAMME

10h. Accueil et Introduction

10h30 – 12h. Troubler les genres

Baroque pride ? Enjeux d’une définition de l’opéra baroque par le « trouble dans le genre », Sarah NANCY (Univ. Sorbonne Nouvelle)

Benjamin Lazar : une esthétique queer ?, Pierre LONGUENESSE (Univ. d’Artois)

 

13h30 – 14h45. Raconter d’autres histoires

Les corps noirs de Louis XIV, Marine ROUSSILLON (Univ. d’Artois)

Yinka Shonibare : épaissir le récit de l’histoire, Julie CRENN (Critique d’art et commissaire d’exposition indépendante)

15h15-16h30. Décoloniser les corps baroques

Coup fatal ! d’Alain Platel, Serge Kakudji, Rodriguez Vangama et Fabrizio Cassol: le baroque ou l’art de sublimer les corps et la scène, Samuel WATRELOT (Univ. d’Artois)

Michael Jackson dans le sillage de Louis XIV, Pénélope DECHAUFOUR (Univ. d’Artois)

16h30 – 17h. Echanges et conclusion


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search