Du livre à l’écran : sur la bibliothèque numérique « Merveilles de la cour » (2)

N. de Bizincourt, Les Plaisirs de l'Isle enchantée, ordonnez par Louis XIV, roy de France et de Navarre, à Versailles, le 6 may 1664, manuscrit royal. Bibliothèque nationale de France, Ms. fr. 7834. Page de titre. Source : Gallica.

Ce billet reprend le contenu d’une intervention au séminaire « Le Texte dans tous ses états » organisé par Marine Roussillon (Université d’Artois, Textes et Cultures) et Audrey Duru (UPJV, Trames) le 10 mars 2021.

Au départ du projet de recherches « Merveilles de la cour », il y a une hypothèse et un problème. Une hypothèse : les écrits suscités par les fêtes forment un corpus cohérent et digne d’intérêt pour l’histoire littéraire. J’ai tâché d’expliquer ici en quoi cette hypothèse avait influencé les choix de la bibliothèque numérique. Venons-en maintenant au problème : comment rompre avec le traitement de ces écrits comme traces, comme témoignages d’un spectacle passé, pour les mettre au centre de la recherche ?

La constitution des fêtes de cour en objet d’étude est étroitement liée à l’émergence des arts du spectacle comme discipline universitaire1. En conséquence, les fêtes ont d’abord été étudiées comme des évènements, des spectacles qu’il s’agissait de reconstituer, et les écrits suscités par les fêtes ont longtemps été lus comme des traces de ces évènements disparus. Or ces écrits ont une action propre2. Benoît Bolduc a mis en lumière l’autonomie des « livres de fêtes » par rapport à l’événement dont ils rendent compte, au point de parler de « fêtes de papier »3. Mais c’est vrai aussi des récits non officiels ! Quand Olivier d’Ormesson note dans son journal à la date du 13 mai 1664 :

« Ce mesme jour, Mme de Sévigné nous conta les divertissemens de Versailles, qui avoient duré depuis le mercredi jusques au dimanche, en courses de bague, ballets, comedies, feux d’artifice et autres inventions fort belles ; que tous les courtisans estoient enragés ; car le roy ne prenoit soin d’aucun d’eux, et MM. de Guise, d’Elbeuf n’avoient quasi pas un trou pour se mettre à couvert. »

Il ne s’agit pas seulement d’une notation objective sur le temps qu’il faisait pendant les divertissements de Versailles, que l’on pourrait opposer aux revendications de puissance des récits officiels, qui affirment que

Le Ciel mesme sembla favoriser les desseins de Sa Majesté, puis qu’en une saison presque toûjours pluvieuse, on en fut quitte pour un peu de vent.

Les Plaisirs de l’île enchantée…, Paris, Imprimerie royale, 1673. Source: Merveilles de la cour.

Les divergences d’interprétation sur le temps qu’il faisait donnent aussi à entendre un débat sur le pouvoir du roi et la relation qu’il entretient avec la noblesse.

Israël Silvestre, Troisième journée des Plaisirs de l’île enchantée. Alcine devant son palais dressé sur le bassin des Cygnes. Estampe. Bibliothèque nationale de France, Estampes, réserve, coll. Hennin, QB-201(46)-FOL, Hennin 4214. Source : Gallica.

Même les archives sont le fruit d’opérations complexes liées à la représentation du pouvoir. Ainsi, la reconstitution des partitions de la musique des fêtes par Philidor plusieurs années après les évènements, la constitution de recueils de dessins de costumes et de décors et l’impression par l’Imprimerie royale d’une série de récits de fêtes relèvent d’une même entreprise d’auto-archivage de la monarchie. 

La bibliothèque « Merveilles de la cour » a cherché à éditer ces documents sans les présenter comme des traces, en incitant le lecteur ou la lectrice à s’interroger sur leur production et en rendant visible leur action. 

Base de données ou bibliothèque ?

C’est cet objectif qui explique le choix de constituer une bibliothèque et pas une base de données. Il aurait en effet été possible de lire les documents pour en extraire les informations pertinentes sur les fêtes de cour : dates, lieux, personnes impliquées… Nous aurions alors pu produire une base de données des fêtes de cour, sur le modèle de CÉSAR, le calendrier des spectacles d’Ancien Régime4. Un tel modèle aurait cependant eu le défaut d’essentialiser les données et d’occulter l’action propre des écrits. 

Nous avons donc choisi de publier l’ensemble des documents sur lesquels nous travaillons, et d’y repérer les données grâce à une opération d’indexation. Le site est organisé comme une bibliothèque : il s’agit d’une collection de documents, entre lesquels nous avons construit des liens de manière à faciliter la navigation. On peut ainsi facilement consulter tous les documents qui parlent du même événement, tous ceux qui nomment une même personne, tous ceux qui mentionnent un même lieu ou une même technique… Les textes ont été transcrits puis indexés grâce à des balises issues des standard de la Text Encoding Initiative (TEI), de manière à rendre notre corpus disponible pour d’autres usages. Les balises indiquant les noms de personnes, les dates ou les lieux sont les mêmes pour tous les textes encodés en XML-TEI, quel que soit le projet dont ils sont issus : notre travail pourra ainsi être utilisé par d’autres, dans le cadre de projets nouveaux. L’interface de lecture rend les indexations visibles (grâce à un code couleur), intègre les illustrations et renvoie au document original numérisé. 

L’interface de lecture des documents du site Merveilles de la cour.

Ainsi, nous ne renonçons pas à produire un savoir sur la cour et ses divertissements : les index donnent des informations précieuses sur qui a participé à quel événement, quand et où. Mais le choix de publier ces informations sous la forme d’une bibliothèque donne une place centrale aux écrits (manuscrits, imprimés, images) et rend possible une interrogation sur leur action propre : ils ne sont plus traités comme de simples représentations du monde social mais aussi comme des actions qui contribuent à le façonner. En rassemblant un grand nombre d’écrits sur un même événement, la bibliothèque doit permettre de reconstituer des débats et de mettre en lumière des prises de position. 

Les choix d’indexation

Nos choix d’indexation vont dans le même sens. Nous considérons que le choix de nommer ou non une personne, de lui conférer tel ou tel rôle, est un élément essentiel de l’action d’un document. Nommer quelqu’un dans un récit de fête, c’est publier son appartenance à la cour, voire la faveur dont il jouit ; c’est inscrire dans le temps long de l’imprimé une position par nature éphémère5. Nous n’avons donc jamais comblé les vides laissés par les écrits, et n’avons indexé que les personnes explicitement nommées. 

Pendant la première fête organisée par Louis XIV à Versailles, Les Plaisirs de l’île enchantée, Molière crée avec sa troupe une comédie-ballet qu’il a écrite pour l’occasion, La Princesse d’Élide. Dans le livret distribué aux spectateurs, la pièce est désignée comme « la comédie de Molière » puis Molière n’est plus mentionné que comme comédien, dans les listes indiquant la distribution des rôles. Mais dans les récits que la Gazette fait de la fête, la pièce est mentionnée sans que son auteur soit nommé. Plus tard, le récit officiel des fêtes publié chez Ballard insiste au contraire sur le statut d’auteur de Molière. Notre indexation, qui mentionne aussi le rôle attribué par chaque document aux personnes nommées, met en lumière ces divergences.

Index des personnes du site Merveilles de la cour. Page consacrée à Molière.

Les lieux dans lesquels les personnes sont nommées sont eux aussi révélateurs. Dans l’exemple que je viens de développer, Molière est tantôt nommé dans des listes de comédiens (dans le livret), tantôt dans des paragraphes qui le rapprochent de son principal destinataire, le roi (dans la relation officielle des fêtes). Nous aimerions pouvoir mesurer ces proximités, et observer leurs effets : quels groupes les documents créent-ils ? Opèrent-ils des classements inattendus ? Nous avons d’ores et déjà repéré dans nos documents tous les passages qui proposent des listes de noms (listes de comédiens ou de musiciens, listes des convives de la table du roi ou de la reine, liste des participants à une course de bague…). Nous aimerions nous appuyer sur ce repérage pour mesurer des proximités, et rendre visible des regroupements : qui sont les personnes régulièrement nommées dans une même liste ? dans un même document ? Nous pourrions ainsi comparer l’ordre social donné à voir par les livres et l’ordre social de l’événement, pour mettre en lumière l’action propre des livres. 

L’écriture, une technique parmi d’autres

Les listes de noms font partie d’une liste encore courte de « techniques d’écriture » caractéristiques du récit de fête, et que nous avons indexées au même titre que les techniques spectaculaires. L’index des techniques rassemble donc aussi bien les décors, costumes, jeux d’eaux et machines volantes que les passages en vers, les devises et les listes de noms.

Menu « Techniques » de la page d’accueil du site « Merveilles de la cour »

Ce choix, qui peut paraître étrange, vise une fois encore à faire obstacle à l’illusion d’un texte « reflet » de l’événement. Il s’agit de désigner l’écriture comme une technique de la représentation du pouvoir, au même titre que les feux d’artifices ou que l’ingénierie des spectacles, et de chercher à en mettre au jour les mécanismes. La production des livres de fête contribue à la représentation du pouvoir au même titre que les fêtes elles-mêmes, et même de manière plus importante, puisque ces ouvrages sont diffusés bien au-delà du public réduit des divertissements. Les illustrations, les descriptions, les longues listes, la diversité formelle qui résulte du mélange de vers et de prose, sont autant de manifestations de la magnificence du roi et de sa puissance.

Dans cette perspective, la liste des techniques d’écriture devra être complétée et précisée. Telle qu’elle est, elle permet déjà d’observer comment des techniques similaires circulent du manuscrit à l’imprimé, et aussi bien dans des récits produits par le pouvoir que dans des récits produits ailleurs. La construction de la représentation du pouvoir n’apparaît pas tant comme le fruit d’une propagande organisée que comme le résultat d’écritures convergentes, de processus d’emprunts et d’appropriations.

  1. Notamment avec les volumes dirigés par Jean Jacquot, Les Fêtes de la Renaissance, CNRS, 1956-1975. []
  2. Voir l’ouvrage du GRIHL, Écriture et action, XVIIe-XIXe siècles. Une enquête collective. Paris, Éditions de l’EHESS, 2016, en particulier le chapitre « Écrits de Versailles ». []
  3. Benoît Bolduc, La Fête imprimée. Spectacles et cérémonies politiques, 1549-1662, Paris, Classiques Garnier, 2016. []
  4. Sur les usages des bases de données en arts du spectacle, voir l’enquête menée préalablement à la réalisation du site Merveilles de la cour: Écrire l’histoire des spectacles avec des bases de données, dossier de la Revue d’Historiographie du Théâtre, n°5, 2020: lire en ligne. []
  5. Voir mon article : « Raconter les fêtes de cour: publier, archiver, agir » dans P. Lemaigre-Gaffier et N. Schapira (dir.), Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, 2019 : lire en ligne. []

Marine Roussillon

Marine Roussillon est Maîtresse de Conférences en littérature française à l'université d'Artois. Elle travaille sur les usages politiques des lettres et des arts, au 17e siècle et ailleurs.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search