Du livre à l’écran : sur la bibliothèque numérique « Merveilles de la cour » (1)

L'union des arts représentée par des amours. Bandeau des relations de fêtes publiées par l'Imprimerie royale.

Ce billet reprend le contenu d’une intervention au séminaire « Le Texte dans tous ses états » organisé par Marine Roussillon (Université d’Artois, Textes et Cultures) et Audrey Duru (UPJV, Trames) le 10 mars 2021.

Le projet « Merveilles de la cour » a été financé par la MESHS pendant 3 ans, de 2018 à 2020, pour étudier les fêtes et les divertissements de la cour de Louis XIV. Il a notamment débouché sur la mise en ligne d’une bibliothèque numérique des divertissements de cour au XVIIe siècle : un site internet donnant accès à une collection de documents sur ces divertissements, numérisés, transcrits et indexés. Ce travail a été le fruit d’une collaboration étroite entre une équipe de chercheuses et de chercheurs, d’étudiantes et d’étudiants stagiaires, issus de disciplines diverses (études littéraires, humanités numériques, histoire et histoire de l’art, arts du spectacle…), un ingénieur informaticien et un graphiste. Nous avons bénéficié du soutien de la TGIR HumaNum, qui assure aujourd’hui l’hébergement du site et de ses données. L’interface a ensuite été testée auprès de quelques utilisateurs avant d’être mise en ligne le mois dernier. Le carnet de recherches du projet en propose une visite guidée.

Je voudrais pour ma part revenir sur quelques-uns des choix faits par cette édition numérique pour en mettre en lumière les enjeux scientifiques. Le passage du papier à l’écran soulève un certain nombre de problèmes méthodologiques, auxquels nous avons cherché à apporter des réponses, mais il ouvre aussi des possibilités nouvelles : il nous a permis de proposer de nouveaux modes de lecture des documents, en lien avec nos hypothèses de travail1

Au départ de ce projet, il y avait une hypothèse et un problème. Une hypothèse : les écrits suscités par les fêtes forment un corpus cohérent et digne d’intérêt pour l’histoire littéraire. Un problème : comment rompre avec le traitement de ces écrits comme traces, comme témoignages d’un spectacle passé, pour les mettre au centre de la recherche ? C’est à partir de cette hypothèse et de ce problème que nous avons pensé notre démarche éditoriale. Il ne s’agissait donc pas simplement de rendre accessibles des écrits, ou d’en extraire un maximum d’information, mais bien d’utiliser la bibliothèque numérique pour mettre à l’épreuve notre hypothèse et répondre à notre problème.

Hypothèse : la cohérence du corpus des « écrits de fêtes »

Alors que les divertissements de cour sont traditionnellement appréhendés de manière fragmentaire, au travers de genres littéraires divers voire d’approches disciplinaires distinctes, nous faisions l’hypothèse que les écrits et les images qu’ils ont suscités constituent un corpus cohérent, dont l’étude peut renouveler l’histoire littéraire de la période. Ce corpus nous apparaissait comme un objet privilégié pour comprendre les usages politiques des lettres et des arts au XVIIe s. et interroger les relations entre plaisir et pouvoir. Le geste qui consiste à publier dans un même « lieu » l’ensemble de ces écrits apparaît alors comme un geste argumentatif : il s’agissait d’abord pour nous de revendiquer la légitimité de leur rapprochement, la cohérence d’un corpus et sa valeur pour la recherche. Le travail d’édition que nous avons mis en œuvre vise aussi à mettre cette hypothèse à l’épreuve. Nous avons cherché à construire des liens entre les documents, au-delà de leur relation commune à un événement de la cour : ont-ils les mêmes auteurs, les mêmes imprimeurs ? Partagent-ils des manière d’écrire commune ? 

Ces liens sont aujourd’hui visibles dans la rubrique « documents liés » qui complète la présentation de chacun des documents. Cette rubrique recense les documents (manuscrits, imprimés, images) qui partagent un même auteur ou un même imprimeur, ou bien qui entretiennent un lien d’inclusion ou de citation. Elle permet ainsi d’associer une gravure de la fête des Plaisirs de l’île enchantée par Israël Silvestre à la relation imprimée de la fête qu’elle illustre ainsi qu’aux autres gravures réalisées par Silvestre pour cet événement, mais aussi pour le carrousel royal de 1662 ou pour les fêtes versaillaises de 1668 ou de 1674. Elle met en lumière le lien que la relation des Plaisirs de l’île enchantée publiée par l’Imprimerie royale en 1673 entretient avec les deux autres relations de fêtes publiées par la même imprimerie royale dans les années 1670. 

Bandeau commun aux trois relations de fêtes éditées par l’Imprimerie royale. Source : Gallica.

Cette rubrique, actuellement présentée sous forme de listes, pourrait évoluer pour devenir plus lisible grâce à la visualisation de réseaux. La prise en compte des liens de reprises et d’inclusions pourrait aussi être améliorée : aujourd’hui, elle ne tient compte que des images utilisées à la fois de manière autonome et comme illustrations. L’adaptation et l’utilisation de logiciels dédiés au repérage de plagiat pourrait nous permettre d’identifier des reprises textuelles et de les prendre en compte dans la représentation des liens entre les documents.

Les index constituent un autre espace de mise en relation des documents entre eux. La bibliothèque propose à l’heure actuelle trois index : un index des personnes, un index des techniques et un index des lieux. L’index des techniques est particulièrement intéressant pour travailler sur le problème de la cohérence du corpus. Il met en lumière les similitudes entre les techniques spectaculaires utilisées dans le cadre de spectacles relevant de genres différents : le Ballet des Amours déguisés, la fête des Plaisirs de l’île enchantée, la comédie-ballet de La Princesse d’Élide et l’opéra d’Alcestepar exemple. Il rend aussi visible le fait que les écrits du corpus partagent des techniques d’écriture communes : les listes de noms propres figurent dans de nombreux écrits, décrivant des évènements divers. Enfin, même sur un corpus encore réduit, il donne à voir des évolutions : les devises, présentes aussi bien dans des images que dans des manuscrits et des imprimés jusqu’en 1664, semblent disparaître après cette date. Reste à mieux identifier les techniques d’écriture significatives et à affiner la typologie des techniques spectaculaires pour confirmer ces premiers résultats.

Fidelis et Audax. Devise du duc de Noailles pour la course de bague des Plaisirs de l’île enchantée.
Dans Bizincourt, Les Plaisirs de l’île enchantée…, manuscrit relié aux armes du roi, BnF, Ms. fr. 7834. Source: Gallica.

Le site rassemble aujourd’hui environ 80 documents, rattachés essentiellement aux divertissements de l’année 1664. L’hypothèse de cohérence du corpus des écrits de fêtes ne pourra être véritablement mise à l’épreuve qu’au prix d’une extension de la bibliothèque. Grâce aux outils mis en place, il sera alors possible d’observer à la fois les éléments de cohérence et les ruptures qui structurent le corpus.

À suivre… L‘épisode 2 est ici !

  1. Dans la continuité des propositions de Christophe Schuwey dans son ouvrage, Interfaces. L’Apport des humanités numériques à la littérature, Alphil, 2019. []

Marine Roussillon

Marine Roussillon est Maîtresse de Conférences en littérature française à l'université d'Artois. Elle travaille sur les usages politiques des lettres et des arts, au 17e siècle et ailleurs.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search