Bases de données et histoire des spectacles : un état des lieux

Dans le cadre du projet « Merveilles de la cour » et dans la perspective de la construction d’une base de données des fêtes de cour, Marine Roussillon et Christophe Schuwey ont tenté un état des lieux des usages des bases de données en histoire des spectacles. L’enquête s’est appuyée sur un questionnaire adressé à une série de chercheuses et de chercheurs responsables de bases de données. Elle débouche aujourd’hui sur la parution d’un dossier de la Revue d’Historiographie du théâtre.

Traitant à la fois de la numérisation des données, des modèles financements inadaptés, des difficultés de la publication numérique ou encore des nouveaux corpus et outils offerts à la communauté, les contributions rappellent les bénéfices et les défis du numérique pour la discipline et pour les études historiques et littéraires en général. Elles confirment que le rôle de l’informatique est avant tout celui d’une interface entre les chercheur·euses et leurs objets, transformant les corpus explorés et les méthodes de recherches utilisées. En dépit des fantasmes et angoisses qu’elles suscitent encore, les humanités numériques sont surtout ce que la communauté scientifique, les agences de recherche et les politiques étatiques en font – aux sciences humaines, la tâche de se réapproprier les pouvoirs des machines et des écrans.

Lire l’introduction en ligne

Lire l’ensemble du dossier (accès payant)


Marine Roussillon

Marine Roussillon est Maîtresse de Conférences en littérature française à l'université d'Artois. Elle travaille sur les usages politiques des lettres et des arts, au 17e siècle et ailleurs.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search